Pierre Berville enlève le haut. Les dessous de la Pub à l’âge d’or.

Evénement — Publié le 07/11/2018

MediaSchool et l’ECS accompagnent un événement majeur :  la sortie du livre de Pierre Berville : J’enlève le haut.  Ce voyage embarque les lecteurs à travers la pub des années 70 ou 80, cet âge d’or créatif qui vit naître des campagnes devenues culte.  L’auteur de la campagne mythique « Myriam » relate son périple à travers la pub et ses découvertes dans cet univers riche en anecdotes. 

Qui ne rêverait pas de retourner dans les joyeuses années 70’ et 80’, celles de l’âge d’or de la Pub, quand elles sont racontées par Pierre Berville, un des plus grands créatifs de cette génération, auteur de nombreuses campagnes célèbres ( Vittel, Eram, Edf, Française des Jeux..)

Et qui ne se souvient pas de Myriam, l’héroïne du plus fameux teasing de l’histoire de l’affichage ? Pierre Berville a mis la France en émoi avec cette campagne.

Il est l’auteur, entre autres succès, de la fameuse campagne d’affichage « le 4 septembre, j’enlève le bas » avec Myriam, pour l’afficheur Avenir. Il. Dans « J’enlève le haut », il dit tout pour la première fois : les dessous du strip-tease, le teaser déshabillé.

De l'enfance à la pub

Mais avant, il raconte aussi comment il s’est retrouvé là. De l’enfance solitaire à la communication. Des phrases des bibliothèques aux mots sur les murs. De l’apprentissage au succès. Des slogans de Mai 68 aux slogans de la pub. C’est le récit sans fard d’un témoin privilégié. Les découvertes et des émerveillements d’un jeune publicitaire parti de rien, 5 ans après Mad Men et 20 ans avant 99 francs, devant un phénomène qui venait de débarquer à la télé : la Publicité, en plein boom, quand tout le monde l’adorait encore.

Pierre Berville dit : « J’ai voulu peindre deux décennies d’un métier drôle et artisanal, à une époque de liberté et d’impertinence. Un monde aux enjeux économiques importants mais qui se prenait rarement au sérieux. Une explosion de couleurs et d’idées. »

« J’enlève le haut » de Pierre Berville, c’est aussi des dizaines d’anecdotes et de portraits,ceux des obscurs et des autres, rencontrés dans son parcours étonnant. De Marcel Bleustein-Blanchet à Jean-Paul Goude, d’Etienne Chatiliez à Jean-Jacques Annaud, de Philippe Michel à Arielle Dombasle à ses débuts…

Ce livre et ce parcours inspirant peuvent être vus comme autant de clés de compréhension pour comprendre comment la pub a évolué, et comment cette époque publicitaire a marqué et marque encore des générations plus jeunes qui se délectent de ces spots lors des nuits des publivores !

J’enlève le haut est le récit d’une époque au slogan dont on aimera retrouver le secret : « Liberté, créativité, spontanéité ! »